Ils parlent Sens K, agence d’architecture en Aveyron

2017

Site Officiel de la Maire, 09/2017

Extension du Gymnase Omnisport Livinhac-Le-Haut

« Bientôt un seul espace pour tous les sports

Deux projets pour une seule finalité en faveur du sport : une maison des associations, comme un lien entre l’aire multisport, le gymnase et le terrain de foot, lui-même en cours de normalisation, comme l’exige la Fédération française de football pour les compétitions officielles. Tout un espace désormais dans le giron de la commune, dédié aux différentes activités sportives, de compétition mais aussi de loisirs, au sein duquel les associations pourront également tenir leurs réunions, stocker matériel et dossiers, et organiser des moments festifs.
Les travaux de la maison des associations, réalisés par des entreprises locales et supervisés par Mme Costes, architecte à Rodez, devraient être terminés pour octobre. Y seront accueillis l’USPL, l’école de foot, les Berges du Lot, les clubs de gym, de randonnée et de badminton. Une aile du bâtiment sera réservée au foot avec, à l’entrée du gymnase, un lieu pour laver les chaussures ainsi qu’une avancée couverte pour les supporters.

Le terrain de sport mis aux normes Deuxième projet en cours qui sera finalisé en septembre 2018 : la mise aux normes du terrain de sport pour l’éclairage et la sécurité. D’ici là,
l’USPL continuera à s’entraîner à Boisse-Penchot et les jeunes de l’école de foot à se répartir dans les stades alentour. À terme, afin de protéger et économiser la pelouse, seuls les matchs officiels du samedi soir y seront disputés, les entraînements se faisant à Boisse-Penchot et les échauffements sur une parcelle annexe, elle aussi réaménagée. Autant de moyens qui satisfont pleinement les ambitions des deux coprésidents de l’USPL, François Rubira et Thierry Clary, pour leurs 40 licenciés. Même optimisme pour le maire, Roland Joffre, qui affirme avoir réalisé un bon montage financier pour ce projet de 400 000 €, dont 270 000 € pour le bâtiment, largement subventionné par l’État, la Région, le département, la CCVL, le SIEDA, la FFF et la réserve parlementaire de Marie-Lou Marcel. Et au final, un espace désormais ouvert à tous les licenciés, usagers… et plus si affinités ! »

La Dépêche du Midi, le 03/09/17

Office de Tourisme du Lévézou à Pont de Salars

 

L’Aveyron, 09-10/2017

IlôtCombarel

 

L’Agglo, Le Mag, Mars 2017

2016

IlôtCombarel

« C’est le chantier le plus important en terme d’aménagement de la ville », souffle le maire de Rodez Christian Teyssèdre. L’espace de l’ancien hôpital de Rodez et de l’ancienne prison, avec le rachat récent du parking appartenant au conseil départemental, s’apprête à vivre une nouvelle vie.
«Il aura quand même fallu huit ans pour disposer de toute la maîtrise du foncier», fait remarquer le maire. Sur ces quatre hectares devraient être réalisés à terme 330 logements et un Ehpad, le tout agrémenté d’espaces verts, l’ensemble se voulant réfléchi en terme d’innovation énergétique. «Dans un premier temps, 34 logements dédiés au social seront construits», précise également le maire, la volonté étant d’atteindre un taux global sur ce site de 25%.
Alors que les chantiers de réalisation des premiers logements ont démarré, la démolition des murs d’enceinte de l’ancienne prison, le long de la rue Combarel et de l’impasse Mazenc ne devrait pas tarder. Idem pour la structure de la prison, accolée à l’ancien couvent des Capucins. Ce dernier bâtiment, datant du XVIe siècle, sera lui, en revanche, sauvegardé «et même restauré» assure le maire.
«Un appel à projets sera lancé en 2017 ou 2018, pour voir ce que l’on pourra y faire à l’intérieur.» À cet effet, la date du 8 mars 2016 est très importante pour Christian Teyssèdre. C’est ce jour-là que devrait être choisi l’architecte qui aura en charge la réalisation de l’Ehpad. «C’est le bâtiment central de cet espace Combarel. Il devra s’insérer dans un environnement ancien, avec le couvent des Capucins et le quadrilatère, et moderne avec les immeubles réalisés autour. Un projet pas facile pour lequel j’attends beaucoup!»
Trois cabinets d’architectes locaux sont en lice sur ce projet-là: Arnal-Maruéjouls-Cayrou, Bédrune, Holderbach-Blanc-Marion. Pour le maire,«le projet global doit être bouclé en 2019» et les deux premiers lots d’immeuble livrés fin 2017 (120 logements), l’Ehpad, de 87 lits, étant attendu pour le courant de l’année 2018. »

Centre Presse, le 06/02/2016

Réhabilitation de l’Ancienne Gendarmerie de Salles-Curan en Collège et Ecole privés

« Les travaux ont commencé. L’ancienne gendarmerie n’est plus qu’un gros chantier de poussière et de gravats que les camions emportent dans une ronde réglée au rythme des tractopelles. Dans les appartements et les bureaux, les cloisons ont été cassées pour aménager de grandes salles de classe qui accueilleront, bientôt, les 99 collégiens et les 46 écoliers de l’établissement des Monts et Lacs.Les entreprises requises pour cette gigantesque transformation sont en place : SOTEG Vermorel pour le gros œuvre, Conte et fils pour les VRD (voies et réseaux divers), Belaubre pour les menuiseries, Orona pour l’accessibilité (ascenseur), Arnaud et Didier Bounhol pour la couverture.
Tous les travaux de mise en accessibilité et sécurité incombent à la commune de Salles-Curan pour un coût d’environ 500 000 €, subventionnés par le conseil départemental et la communauté de communes Lévézou-Pareloup. Quant à l’occupant, suite à un appel à candidatures, c’est l’OGEC (organisme de gestion de l’éducation catholique) qui a été désigné et qui prendra en charge tous les travaux d’aménagement intérieur et les équipements, salles de technologie, fibre optique, réfectoire, bureaux et salles de classe. Sur une surface de 1 500 m², il créera des extensions, foyer d’accueil et préaux afin d’installer le groupe scolaire primaire (logé actuellement dans une aile du château) et le collège (situé derrière l’église) pour un investissement global de 800 000 €. Côté nord, près de la cour des primaires, des parkings seront aménagés pour tout le personnel et les cars scolaires. Côté sud, près de la cour du collège, des aires de sports et de jeux sont prévues. Le loyer annuel versé à la collectivité sera de 22 000 €. Les travaux devraient être terminés en août 2017 pour la rentrée de septembre prochain. »

La Dépêche du Midi, le 19/11/2016

2014

Le Jardin des Espérides

« Pour la première fois l’Office Public de l’Habitat de Rodez (OPH) a construit quatre logements sociaux au cœur d’une copropriété privée, au sein de la résidence Les Jardins des Espérides située en centre-ville. Ce projet répond à la volonté de la Ville et de l’OPH de favoriser la mixité sociale.
La Ville de Rodez, propriétaire d’un plateau de 250 m2 dans cet immeuble, a proposé à l’OPH de lui céder pour l’euro symbolique. Le bien a été estimé à 294 380 €, l’Office a de suite saisi cette opportunité et a engagé les études nécessaires à sa transformation. Le cabinet d’architecture retenu, Arnal CayrouMaruejouls, et le projet validé par l’assemblée des copropriétaires de la résidence, les travaux ont pu débuter en mars 2014.
Deux T2 et deux T3 ont donc vu le jour. La première locataire, âgée de 88 ans, a emménagé vendredi dernier, les autres locataires s’installeront cette semaine. Les loyers de ces 4 logements sociaux varient de 284 € à 373 € (hors charges) pour une surface habitable allant de 50 m2 à 71 m2. La cession gratuite des murs a permis à l’OPH de maîtriser le coût des loyers. Par ailleurs, ce programme a également été financé par un prêt de la Caisse des dépôts et Consignations, un prêt CILEO, une subvention de l’État de 9 000 € et de la communauté d’agglomération de 19 000 €.
Jeudi dernier, les nouveaux logements ont été inaugurés en présence des administrateurs de l’OPH, de Christian Teyssèdre, de l’architecte, des artisans, des locataires et du syndic. «Je suis très heureuse. L’appartement est grand, lumineux avec une vue agréable», confiait très satisfaite Denise Vayssade, l’une des nouvelles locataires de la résidence Les Jardins des Espérides. Le maire de la Ville a, de son côté, souligné cette heureuse innovation. «Rodez a besoin d’augmenter son parc de logements sociaux qui est actuellement de 13 %. Dans cette opération, tout le monde est gagnant».

La Dépêche du Midi, Le 14/09/2014